Polairmusic Myspace   Facebook Train anim
Home Music Gigs Lyrics Gallery Videos Orders Press Contact Polair Other Stuff
Fabien Polair Lyrics

Circumstances of the Present World

World Gone Daft
Abberhalis
466 64
Force Feeding
Politics & Religions
LovEx
Nature on the Run
Media Stupid Fella
Boredom
The Show is Over
  Songs From The Andymen

Hello Hello Hello
Spiral
Cool Sound From Hell
Fight Before You Fade
Heaven Ain't Fortune
Your Life Seems Great
Unsatisfied
Seawater Life
One Bomb A Second
B-Gone
The English Summer
In The Long Run
Show-Off
Where To Live & How
Way I Feel
Open Sky
  Fab Cigar Collection Deluxe
  Aphone De La Nuit
Emilie  
Dans Mon Jardin  
L'Avariété  
Aussi Tragique Que L'Enfer
Sale Matin  
Un Monde Egocentré  
René  
Panne Séche  
Court Vetue  
La Dérive des Saisons
Sous L'Hacienda   
Ma Seule Amie   
Parfaite   
Sélénites
Boum (live)
Trois Lievres
  A La Recherche du Temps Perdu
Génération Lessivée  
Le Triste Flaneur
Sans Territoire  
A Demi Mots  
La Peau Dure  
Architectures  
Toute La Ville  
Six Jours sur Sept  
Le Colis Piégé  
Un Temps de Chien  
A D'Autres Que Nous  
Je M'Ennuie  
Dos Au Mur   
Une Entreprise De Séduction


 

Circumstances of the Present World Lyrics


WORLD GONE DAFT

Politicians talk
They’ll always do
While armed forces break doors to churches
If the hymn of the moment
Read ‘only tell the truth’
Well I doubt anyone would fall for it

Don’t talk to me about a post 9-11 world
Is it a world of war and fury?
Well exactly like it’s always been
Censors preventing the early stages of a brawl
While herds gather outside malls
And kill each other for a rug

Well I heard you laugh
To something that made me cry
How can we possibly make it
With no line to what’s good and bad
With power to the upstarts
This world gone daft would better stop
While terrorists hit harder every day
Police shoot dead without warning

Everything’s spiralling
Going downwards
And I can’t cry
Cause my heart is made of stone

Who will save me?


ABBERHALIS

We talk so low
You whisper in my ear
By fear of getting caught for what we think
This city’s like a hole
That’s swallowing us all
Can’t stop this mean machine
From destroying my dreams

Black birds gather high
Under cold grey heavy skies
Circling all around in a sea of sound

  And I know
  No one ever left this city alive or free
  Though I get fragments of pictures
  When I close my eyes
  Of grass and trees

I had a dream last night
Animals were still alive
We’d gotten rid of the chip under our skins
We were dancing and laughing
Talking and feeling

  And I know
  No one ever left this city alive or free
  Though I’m sure the sun is shining out there
  Beyond the rocks, the desert
  There’s trees

And I want to leave

Here we are
Prisoners of a city that never thinks
Of a city that never dreams


466 64

This is a story about faith and forgiveness
Where nothing’s cool, nothing’s flashy
Just the ordinary
A simple story of truth and perseverance
An endless quest for what is right
The end of innocence

Out there somewhere in the night
There’s someone praying
Counting days before the odds stop interfering
Though the odds are nothing more
Than human vileness
Is it something to live with
Or try and alter

  Chained
  For wanting what is fair

This is a brutal testimony of dishonesty
A long exhausting string of unreal charges
Let accusers now be trialled by defendants
A guilty conscience’s not enough
For 28 years chained

For wanting what is fair


FORCE FEEDING

Tired and so abused
So confused
So unlikely keen on being rewarded
I won't follow you
In your meaningless cruise
Conform to silly tricks and manoeuvres
Governing Man's way
I won't swallow my pride
Once again
Or subscribe to your cowardice
When it's all going
In false feelings
And Force-feeding
Buy this, try that
Or be a drop-out
Join in, acquiesce
Or be alone forever
There’s no other way you should think
Be part of the cattle
We’ll bring you happiness

  I won't swallow my pride
  Once again
  Or subscribe to your cowardice
  When it's all going
  In false feelings
  And Force-feeding

(Ikea, Britney, Nike, Coca Cola, Mc Donald’s, Visa, Microsoft, Wall Mart, iPod, Google, Star Wars, AOL, Benz, Diesel, Calvin Klein, Prada, Kleenex)




POLITICS & RELIGIONS

Don’t talk to me about the power of politics & religions
They brought more fear and devastation than safety and salvation
Your call for freedom lies in the hands of plutocrats and politicasters
While holy masses turn into misologists lost in their own grammar
The pulse is sown

I’ve lost the meaning of faith, righteousness, humility and devotion
By contemplating this world through the eye of the adamists and the Christians
I can’t believe in a sovereign overwealthy institution
Who gradually rewrote the scriptures and distorted the original message

  The soul’s drying out, ancient feuds are exhumed and revived
  Who wants to hear both sides of the story
  When the stronger always win the fight
  Chopped heads are back at the top of the world
  After 200 years in hiding
  And it feels too painful to start again from scratch

I hear them march, I hear them calling out, ghosts in wigs are coming back from the past, I hear their mourning, the frock sweeping the ground, inquisition times return right before my eyes, and I’m paralysed

The thirst for power will not leave space for irony or true candour
While dogs of the world are being appointed to tell us where to gather
A flying spree of looting and violence to preach peace and loving
Surprisingly leading to a backfire from an ungrateful nation

  The soul’s drying out, ancient feuds are exhumed and revived
  Who wants to hear both sides of the story
  When the stronger always win the fight
  Chopped heads are back at the top of the world
  After 200 years in hiding
  And it feels too painful to start again from scratch

I hear them march, I hear them calling out, ghosts in wigs are coming back from the past, I hear their mourning, the frock sweeping the ground, inquisition times return right before my eyes, and I’m paralysed


LOVEX

Jody, you were the first of this line
I couldn’t kiss you when we were nine
I was just too young and shy
Jenny, you wanted a love of your kind
I couldn’t fit your criterias
You cared about others too much

  And it shakes the spirit
  It grows to the dance
  Sticks to that idea of romance

Abby, the first to arouse my desire
My body language could not lie
You’re haunting my dreams and nights
Amy, I really believed you were mine
You couldn’t commit and found your way out
And vanished into the air
I never heard of you again

  And it shakes the spirit
  It grows to the dance
  Sticks to that idea of romance

Annie, you broke my heart so bad
I couldn’t even remember my name
Or who I am
Ellie, we were so perfectly bound
I cannot remember why we went down
Sorrow and regrets abound
If we could just go back in time

  And it shakes the spirit
  It grows to the dance
  Sticks to that idea of romance


NATURE ON THE RUN

There’s a shiver when the wind blows
It’s pulling me away
When I feel too insecure
I reach your arms in dream and I am breathing

It’s getting dark in here my friend
The sky’s black, the sun’s disappearing
Walls shaking
No need to worry
We’re in the hands of nature once again

Seasons reversing, colours changing
Temperature rising
Or falling in a matter of hours
Empires built in haste in the sand
Nature is profitless, nature moves
Nature’s not static
Reacting to our course of actions
Without mercy, the balance is on the run

  Feel the rain, it’s tasting acid
  It’s greenish and putrid
  Let’s be brave
  We forecast and study
  But nature will win again

Now the storm is moving fast towards us
Clouds gathering
They look heavier than stones
The trees are bending
Will we make it or lose it?

Drink from the water and spit
Ground water’s toxic
The atoll bombs blown without warning
In the hands of human nature once again

  Feel the rain, it’s tasting acid
  Let’s be brave
  We forecast and study
  But nature will win again
  Hear the rage
  This earth is angry, it turned against us
  Bids will fail
  We’ve gone too far
  And nature’s on the run again


MEDIA STUPID FELLA

Humiliation sells
Let’s put this picture on the cover
Add a shocking legend
True or false, whatever
Our mission is to kick the famous for the better
Incite insurrection
Violent behaviour
We track the witches
We denounce faux pas
Of who’ve been given a public aura
Media
Stupid fella
We’ll sort out what’s important for you, don’t bother
We’ll forge your point of view
Make it spectacular
The eye of criticism won’t live any longer
We work closely with politics
Just to make you feel safer

Sell your life, make it worthy
We’ll make your drama entertaining
From ruined lives we’ll make epic stories
The zoo to bring you a glimpse
Of who’s being happy
Media, stupid fella

Sell your life, join the party, we’re quite a few million idiots, it’s kinda funny
You’ll learn how to smile in a constrained manner
We’ll tell you how to swiftly climb the social ladder
We’ll mirror your fears, amplify them for real
We’ll make you feel a whole spectrum of feelings
There won’t be no more break or just the odd ad in
24 hrs of bullshit, dripping in your veins


BOREDOM

Like running a race, feeling disgraced
Everyone putting up to your face
Leading the pace, filling the space
Lost in every inch and corner of that maze
Gasping for air, no one to care
Whether you live or die
Is all up to yourself

Walking away, day after day
Feeling a bitter pain in your chest
You’d like to connect
With people you’ve met
But everyone’s selfish and full of shit
You run into bed, lay there for days
No one will ever save you from boredom
It’s in your genes

  The sun is scoffing back at your face
  And it’s so damn cruel
  The ground slipping away from your feet
  That is so uncool

Waking up dead, tired from your sleep
Looking for various ways to come clean
The TV is blank, you’re dizzy and sick
Will something good come out of this boredom?
A light in the filth
A glimmer of faith
Anything extra-ordinary
Will do and give you a chance

  The sun is scoffing back at your face
  And it’s so damn cruel
  The ground slipping away from your feet
  That is so uncool
  The same stupid faces every day
  So small and useless
  A change to this world is necessary
  To make us whole and new

Locked up in boredom
We are doomed                      


THE SHOW IS OVER

The show is over
Everything’s been said, everything’s been done
Rewind and repeat the whole story, recycle the wastes and pray
The show is over
Change the layout, keep the meaning
Pass your way
There’s nothing left to see in here
The show is over
The agonizing beast will try to keep you watching
Turn your eyes away
Don’t listen to the sirens
The show is over
Murdered by a lack of jeopardy
Figures aligned monthly in black books
The show is over
And it takes time to realize the scope of the disaster
Sound the alarm and run for your life
The show is over
And it’s a whole genration wasted by the hour
Turn the light off
Kill the spark
The show is over

The show is over
The mirror hung crooked
Admiring your feet
You start to think
What have I done for me lately
The show is over
Shallow and selfish
Biting its tail
And you want more of this never ending feeling
The show is over

The show is over
Give me your hand
We’ll stand on this crumbling wall
And watch the sunset on the horizon
The show is over
People mourning the loss of their cherished nation
But there’s no salvation in claustrophobia
The show is over
The ruins erected as a proud replica
Of the best screening ever shown to date
The show is over
And somewhere there’s a man in the middle
Who knows more than others
What’s going on here
The show is over
Face the truth and live your life to the best
Forget all notions of what’s hip or lame
The show is over
Music is dead
Killed by businessmen
In 3 piece suits who know better than you
The show is over
Roam around for a while and leave this town
Buy a farm and switch your head off clear
The show is over

Round and round and round and round and round and
Over and over again


Songs from the Andymen Lyrics


HELLO HELLO HELLO

Weather's on the storm
Let's not think the wind is here to stay
We soliloquize though
Noone wants to hear a hint of our flow

  Sorry to make you feel
  Concerned about
  The cheating
  The authority of sword
  The plight of a state that's mine
  Sorry to make you doubt
  About the world we live in

    Hello Hello Hello
    We are the scapegoats
    Hello Hello Hello
    We are the scarecrows
    (and we're so handsome)
    
      [I don't tend to moralize
      Or criticize
      I only stand and stare]

Wait for flooding out
Under a tree where noone passes by
Monolithic smile
You adapt without binding though

  Just say you locked me and I'll dream
  And I'll dream about leaving the air
  Just say you lost the key and I'll dream
  Yeah I'll dream of what is already mine

    Hello Hello Hello
    We are the scapegoats
    Hello Hello Hello
    We are the scarecrows
    (And we're so handsome)

    Hello Hello Hello
    Hello Hello Hello


SPIRAL

The first impression is the best
Until we keep pretending we are friends
Is God inside the machine in our brains?
Or is he trusting us to do our best?

I've lived a thousand lives until I got
Too close of nothingness and being scared
My mind can't forget all those precious things we shared
How can you act so detached, beyond sanity

    It's all the weight of this education we trail around
    It's all the weight of this education we try to hide
    It's ALWAYS
   THIS

This spiral seizes me it makes me dizzy
This adoration you're looking for is all fake
God didn't create us to be his slaves
God made us free to choose from Good and Evol

    It's all the weight of this education we trail around
    It's all the weight of this education we try to hide
    It's all the weight of this education we're running past
    So DON'T expect anymore from ME
   Except to leave you cold in the blue
    So don't expect
     Please don't do


COOL SOUND FROM HELL

I've got time
Nothing hurries that much
I've got time
Nothing worries me that much
I know someone who wants to stress me
Who'd like to see me running
I've got time
Nothing worries me that much

    Cool sound from hell
    My body and bones compell to follow the rythm
    Cool sound from hell
    My mind don't agree to free the worst of my instinct

I've got time
Nothing hurries that much
I've got time
Nothing worries me that much
I know someone who wants to stress me
Who'd like to see me running
I've got time
Nothing hurries me that much

  They wanna touch
  They wanna move 'round in circles
  I don't mind at all
  They wanna touch
  They wanna move 'round in circles
  I don't mind at all

    Cool sound from hell
    My body and bones compell to follow the rythm
    Cool sound from hell
    My mind don't agree to free the worst of my instinct
    Cool sound from hell
    My body and bones compell to follow the rythm
    Cool sound from hell
    My mind don't agree to free the worst of my instinct

Cool sound from hell
Cool sound from hell



FIGHT BEFORE YOU FADE

Closer to the heart to read
The livid faces fail to see
Ther less we imagine
What's like to get old
The more we live
Actors in the worst movie
Let's find the style to grip
Keep on holding on to it
Then think it funny

    FIGHT BEFORE YOU FADE
    Then leave it happy

I watch fast cars pass me by
Hidden behind tainted windscreens
They go out tonight dressed up
In rags and tatters
They're leaving their life up to the limit
Never worrying much 'bout suffering
Quite amused with what they find
The hypest brewing

    Fight Before You Fade
    Then leave it happy

They have riches they have gold
But I'm not jealous at all
They have it easy
I have it harder
It's OK
It makes me prouder
I shall despair I shall sweat
But I will reach my goals in faith
Whatever it takes
I don't really care
I know who I am

    Fight before you Fade

The light's on tonight



HEAVEN AIN’T FORTUNE

If heaven is a question of patience
I’ll wait my turn
Cause rain it falls so heavy on me
I cannot lie
The question raised is irrelevant my friend
You told me and ran
I wanna live the fitted kind of life
That  makes me fantasize

  So please come on down
  So please come on down


The year 2000 is a swindle
I cannot hide
This feeling of being taken for a fool
That makes me wanna cry
I wanna live
Wanna give
Wanna change the face of this world
And make it mine
It’s never too late ‘til you’re dead and buried
You taught me that

This song is some kind of an advice
Let’s make it last forever
If not just a few seconds more
Before it’s judged and classified
So please come on down
So please come on down
Love is surely the only thing that’s valid
It’s clear tonight
Cause when everything is falling down i know
You’re here to hold me tight
And help me in my task


YOUR LIFE SEEMS GREAT

I wonder what would happen if I met you on the street
With a baby carriage
Surprised to suddenly discover time turned you into a woman
It's 10 years since we grew apart with no hope no return
It may be time to talk
Cause I know and you know this line
"Time heals all wounds in the end"

And your life seems great
Yeah your time is precious
And your life seems great

   I wanna be part of it
   I wanna grow up kids with you
   I wanna be part of it
   I wanna know is it truth or fantasy

[Well maybe I'm losing my temper
So, as a means of explanation:]

In the town we grew up there was nothing left to do
E xcept going around
And you know I was planning more
Much more than this fake attachment
I wanted to see life as it ideally should happen
Make it yours and mine
I never lied I swear
How come you walk away your mind?

And your life seems great
Yeah your time is precious
And your life seems great

   I wanna be part of it
   I wanna grow up kids with you
   I wanna be part of it
   I wanna grow up kids with you
   I wanna be part of it
   I wanna grow up kids with you
   I wanna be part of it
   I wanna grow your kids and make as if

Do you remember the time we used to think of ourselves?
Do you remember the time we used to think of ourselves


UNSATISFIED

I'll sip the tears from your eyes
Make them sweeter and dry
The franker you're gonna be
The less I'm gonna make-believe
It's such a perfectly round green earth with no lock
The ones who're gonna claim it loud
Are gonna pay the risk

  It is such a bored feeling I went through
  Such a tired reeling I live through
  Such a hesitancy I owe you

    Unsatisfied me Unsatisfied you
    Unsatisfied with anything we want or do

Let's move our asses and shake the earth
Nostalgic looks in the mirror won't get us forward
Let's move our asses and change this world
We're starving for justice, hungry for ideals

    Unsatisfied me, Unsatisfied you
    Unsatisfied with anything we want or do yeah

  But do we want a change (X2)
  Or do we want it to stay the same

  Unsatisfied me
  (There's no reason to be afraid)
  Unsatisfied me
  (There's no reason to look away or hide)
  Unsatisfied me
  (There's nothing to fear in life)
  Unsatisfied me
  (There's nothing outthere we need worry about)

    Unsatisfied me, Unsatisfied you
    Unsatisfied with anything we want or do yeah

THERE'S NO REASON TO BE AFRAID
THE FUTURE IS OURS


SEAWATER LIFE

Drank my seawater life
Licked the poison
Sipped it with a tap
Had my share of the frights
Of countless threats
That stab me in the back
If poetry's a disease
You're the one that makes it worth riming
Drank my seawater life
So sad to see I couldn't change your mind

   Can I keep cool?
   Can I keep walking blind through the gloom?

So Drink your seawater life
And tell me what it's like to be still alive
I drank mine I know what it's like
To deliberately slip into a no man's land
With no turning back
Just a memory of what it's like

Sadness is so fascinating please
Can I have the beauty without the flame
How's the feeling of losing face tell me
Is it hard to admit you were cheated right from the start
And still

   Can I keep cool
   Can I keep walking blind through the gloom
   Can I keep cool
   Can I keep walking blind through the gloom
   I FINALLY GOT IT THIS TIME


ONE BOMB A SECOND

D'you know
They wanna make a war for  entertainment
D'you know
They wanna suck the boredom out of news

D'you know
Jesus

D'you know
They're gonna tell us when and where to stand
D'you know
The poison in our thoughts in the name of a  morals

D'you know
Jesus

D'you know
They're gonna idolize the wicked way
D'you know
They're gonna shut the mouth
Of those who speak the truth

D'you know
Jesus

   I can't follow their logic
   I can't fight against my insights
   I can't fight against my past
   They're gonna leave us smooth and washed out
   They're gonna formalize the past
   They're gonna leave us so dumb down

D'you know
They're gonna terrorize the wise at heart

D'you know
Jesus

What are they doing in your name
That makes them feel safe?
Jesus
They're going nowhere fast
While we trace our way to the sky


B-GONE

Tell me why
Do We keep pretending we're happy when we're not
Tell me who
Threw away the key and drank the antidote

  First meant to cure my pains
  Then meant to ease my brain
  Then meant to dry
  All my thoughts in second-hand ones

    Either way I know I'm gonna stay forever happy

Terrified
By the first thought I'd ever been able to have
Don't look down
Dizziness would seize you while floating to these heights



THE ENGLISH SUMMER

I wanted to say the words
Never wanted you to guess all of the meaning
My sky is not to share I'm sorry
Though I never said the earth's not large enough for both of us to wander
Then we could both share a shower
Another pint of this typical English rain
Drink it straight and stumble
There was a time you ran after me
But now I know that we weren't good enough to be
The lovers we once were my honey

    Basking in the sun and rain
    Of an English weather
    Not a chance to recover
    In the English summer
    And I don't know about you
    I'm just trying to figure
    Sitting on a plain lawn
    What keeps you beautiful and going

      Is something wrong with me or is it you?
      Is something wrong with anything I do?
      I wouldn't care about it if I were you

We'd meet around the corner
Extra-sensitized by powering plants
We know our time runs out again
So we can both get together again
And never turn our backs on what we were before
Time has passed so long in between us
If we had the power to change the wit
You know we'd isolate the pain
And turn it into happiness
Then my sky together with yours
A second later
Fusing in the sun
With no more need to talk about it


In The Long Run

There's a hurdle on the way
From adulthood to sanity
Long haired and affected
There's a praying mantis who's always
Trying to make me go her way
Fake up truth and swallow it

 In the long run I'll
 Set myself to the light
 In the long run I'll spread my wings
 And promise not to tell
 Those hidden secrets I talked about

   No more tears in the morning
   I need no more of these memories

There's a girl i used to know
Who tore up wings from insects
And let them die in sufferings
I walked away right from the day
She stifled me with poetry
And pointed out what i was meant to be


SHOW-OFF

I am part of a world I can't figure out
I am out of style
I'm living on a chess
Calculating every move to be your friend
They wear their clothes
Like they're wearing uniforms out of a cast
The fashion moves so fast
It seems I am left behind
Will it be long before it catch me back

Detached from the action
Can't decide between amusement or despise
The TV is our queen
The speaker the soundtrack of our whole lives
Am I gonna be James Dean or Jesus Christ for the night
(Depending on the mascara)
The show is fun to see
While we spend our lives searching for our style

La La La La-

La La La-La La La La La La La La La La La La

I've walked on every street
Searched the truth in every town
But I can't find (The person I really am)
Circles make me sick
Races are a myth
We are all part
Of the same world
Two Gods three Gods four Gods
It makes me laugh
(Unless it makes me cry)
If I were mad
If I were a coward
I would shut my mouth
But I AM ONE


WHERE TO LIVE AND HOW

Lord I've been so lonely
Everyone keeps telling me how
To shut and stand back
Still there's noone left to talk to
I'd never been hesitating
Whether to dive or let it go
Whether I needed to feel sorry
For every hour spent regretfully
 
 Do you shiver when I touch you
 Like a goddess
 Still  I'm caught in traps I never set

  And I feel I'm going wild
  In the face of the purest sunlight
  Yes I feel I'm going wild

   Don't you tell me where to live and how

Now all I feel is silence
In the shameful coward eyes
No hand held to help me
Just the comfort of self-indulgence
Maybe
Does it relieve you to betray me
To plunge the sword right into the wound
To think you so perfectly know me
You could describe me in a word
But tell me

 Do you shiver when I touch you
 Like a goddess
 Still  I'm caught in traps I never set

  And I feel I'm going wild
  In the face of the purest sunlight
  Yes I feel I'm going wild

   Don't you tell me where to live and how

I won't let myself get locked in your soul jail
I won't torment myself
The solitude of heart is the solitude of body
The solitude of mind is the solitude we live in
The solitude of space
It's this solitude that chose me

(This soul is not hardening though
I'd rather keep it senseless you know
These feelings grow so slow
But I know time is coming on so
Tell me what I should do
To become myself and noone else
My life never started the day
I met you this I thought you knew
Just tell everybody it's not true
A destruction venture
You started on me to prove
You're so keen on revenge
You found a way to occupy your lifetime)




WAY I FEEL

It's easy to feel safe
When engaged in highway life
So much harder to be brave in the face of trial
It's easy to hurt my friend
It's harder to unbreak hearts
Can I feel a second more
Of human warmth

  Yeah I can laugh about it now
  Though it's never easy to get out of it
  Yeah I can smile about it now
  Cause you're never condemned uncharged

This is the way I feel tonight
Well everything is fine
This is the way I feel tonight
Is everything right

  Everybody's got a minor scar
  Something to hide and disguise
  Everybody's got a minor scar
  Something to hide or hold back

This is the way I feel tonight
Is evrything fine?
This is the way I feel tonight
Self-pity won't be a trap
This is the way I feel tonight
I need someone by my side
This is the way I feel tonight

Help me get out of this mire




OPEN SKY

Wo-o
The space is filling fast underneath the sun
No distance left to ponder
Or fill our hearts
With great excitement
Of a new distant life
Is sci-fi now a science
Or is it a lie?

Come On
Give all the people what they're expecting fast
No need to saturate brains
With useless facts
Let's laugh & dance
& trust in what we cannot touch
Becoming extra-terrestrials of our own

   This here out enlightning is a void (X3)
   And what a challenge to cruise the Unknown

Wo-o
Can I trust the government
Or is the farmer right?
Can I still distinguish planets from spy satellites
Is progress so restrictive that we can't look higher
The open sky a garbage of experiment

   This here out enlightning is a void (X3)
   And what a challenge to cruise the Unknown






Fab Cigar Collection Deluxe Lyrics


Aphone De La Nuit

Chavirer  tes à priori
Je ne sais plus qui
Me parlait de ta vie
Nos conversations de minuit
A la rhétorique
Imbibée de balbutiements
Imprégnées d'haleine à te faire fuir
Ne sont plus qu'un vieux souvenir

Limiter la casse aux verres
Ainsi contredire
La violence du pacifique
Jaunis d'anis teint livide
La cacophonie
Me rend sick
Sortons du bar pour s'asseoir
Au bruit des mécaniques
Qui roulent là où d'autres s'agitent

Aligner nos idéaux sans autre motif
Que de parler pour ne rien dire
Vociférer des insultes me semble inutile
Le silence est souvent plus lourd de conséquence
Qu'un simple mot dit à humeur aigrie

Aphone de la nuit


Emilie

Emilie s'embellit met du fard aux joues
Pour se rendre à vélo chez ses amis
Tenue correcte exigée
La soirée bat de l'aile
Besoin d'une présence supplémentaire
Manque d'alcool, de fille
De meneuse, de charme, de boute en train
Emilie n'a que faire de ces paumés
Q'elle a largués, qui la narguaient
Tous ces amis surestimés qui la fatiguaient
Emilie en réponse aux sarcasmes de ses anciens amis
Se contentait de sourire
Puis plus tard de leur pourrir la tête
Avec des mots bien sentis
Pour n'en garder que des photos jaunies par la nicotine

Emilie enfourche son tricycle
Prend garde à ne pas salir
Ses jambes fraîchement soulagées
D'un duvet de trois étés
Le cambouis sur sa robe ternirait son image
De petite fille sage et propre sur elle
Dont ses nouveaux amis se félicitent
Ce soir sera peut-être son soir de gloire
Celui où son prince imaginaire passera l'embrasser sur la bouche
Il s'approchera d'elle une canette à la main
Lui parlera tout bas
Elle ne comprendra pas un traître mot à son verbiage
Se réveillera au matin
Défardée, un sot pour copain

Emilie s'enlaidit, s'interdit la colère
Qui Lui va si mal au teint
Lui défigure son air hautain
Son vélo déraillé
Elle ne peut que rebrousser chemin
Ou salir ses mains stopper un train
Quelques pleurs sur son fond de teint
Emilie semblait ne pas vouloir pointer le bout de son nez
A cette affreuse et ténébreuse soirée
Où personne ne riait
On lui avait pourtant bien promis
Qu'elle devait se radiner
Dans sa robe étriquée
Qu'il lui suffirait de s'avancer
Lui parler doucement, lui proposer un verre pour oublier
Ne surtout pas lui rire au nez
Qu'elle n'a finalement pas pointé


Dans Mon Jardin

A l'abris des regards indiscrets
Comment taire
Les cris du dedans se réveillent
Un rien sourcilleuse, exaspérée
Elle s'enferme
Dans un mutisme étonnant de verve

Eté comme hiver
L'équilibre au goût duquel
Je savoure amèrement mes défaites
La même histoire
Et puis retomber pour toujours
Ecouter les rumeurs qui accourent

  La preuve n'est plus affaire de doute
  Ni d'éloignement
  Je coupe
  A travers l'étendue déserte
  Dans mon jardin me ressource


L'Avariété

Si la variété me découpe en refrains
Je chanterai mélodies en boucles sans refrain
Si dans le succès je perdais mon latin
Que la vanité de plein front m'ait atteinte

Silence au soleil
Lunettes noires demi-teintes
Mon nom est Michaël et ma peau n'a plus de teint
Quand le star-system m'engloutit jusqu'aux mains
Je les gante et change de coiffure à mesure hautain


Aussi Tragique Que L’Enfer

Si libre est la folie
Volontiers
Je la prends pour ami
Juste pour l'essayer
A trop rester poli
A se liquéfier
Transparent par ennui par sécurité

Contemplé la relique
L'âne ébouriffé
La voir qui me reluque
De la tête aux pieds
Me rendrait nostalgique
Par sécurité
Mais tu n'es plus magique
De la tête aux pieds

    Rien n'est aussi tragique
    Mais pourquoi se taire
    Rien n'est aussi tragique que l'enfer


Sublime dans sa logique
A déconcerter
Son arme favorite est
L'esquive, la fuite, rétorquer en ondées
Le cadre est si rigide
Comment s'évader
L'esprit si différent des normes
Etablir un seuil à ses propres idées

    Rien n'est aussi tragique
    Mais pourquoi se taire
    Par peur de l'éclectisme
    De pouvoir manquer d'air
    Ton aplomb me terrorise
    Tes théories sous verre
    Semblent écarter tout espace pour nos rêves


Sale Matin

Un seul matin
Suffirait haut la main
A mon ordinaire étranger
Au plus malin
A l'ersatz de sous-fade
Au crétinisme et au delà
Je répondrai fièrement qu'il n'y a
Rien de plus abrutissant
Que d'élever ses abats au clair de jour
Les exhiber tour à tour

    Plutôt content
    Satisfait, sûr de soi
    Plus sobrement
    La mine au bout des doigts


Mon seul dessein
Est de prendre dans mes mains
L'ordinaire et le changer
En or si fin
Qu'aucun autre ne pourrait
L'affiner sans s'y brûler
Mais Sale Matin
Mes excès ont déteint
Sur mes actes et mes pensées
J'élève mon corps lourd au clair de jour
Pour l'exhiber tour à tour

    Plutôt content
    Satisfait, sûr de moi
    Plus sobrement
    La mine au bout des doigts
    Désespérant d'ouvrir les yeux au miroir
    En plein élan
    Trébucher face au départ


Du coup, je me recouche


Un Monde Egocentré

Rejoins-moi dans un monde égocentré
Où il n'y aura de place que pour moi
Rejoins-moi
Fais-toi minuscule
Ma grandeur ne supporterait pas
De rivale à ses côtés

Ecoute donc ce singe désopilant
Je suis un monstre égoïste et sournois
Tu le sais bien
Ecoute donc la musique aux mille harmonies
Inachevée par effroi
Ma paresse est colossale


René

Docile à souhait
Je me nargue en privé
La quiétude pour contrebalancer
Les réflexions acerbes
Que très souvent me servent
Des personnes bien intentionnées

  Ma bulle est éclatée
  Je me sens libéré
  Ma bulle est éclatée
  Je me sens libéré
  
    D'une éducation trop serrée
    Qui a bien failli m'étrangler
    D'une éducation trop serrée
    Qui a bien faillie


La lune et ses frasques
Ne me regardent plus
Dos à dos glissons sur la dune
Prenons vers le Sud
Traînons sans d'autre but
Que de perdre toute notion d'habitude

  Ma bulle est éclatée
  Je me sens libéré
  Ma bulle est éclatée
  Je me sens libéré
  
    D'une éducation trop serrée
    Qui a bien failli m'étrangler
    D'une éducation trop serrée
    Qui a bien failli m'étrangler



Panne Sèche

Roulons jusqu'au petit jour sur la plaine
Jusqu'aux neiges éternelles
Dans les lacets je me couche sur ma reine
J'ai oublié mon sceptre

Un certain romantisme rôde autour de nos corps
S'échappe de nos pores
Nous allons toucher le ciel
Toucher l'éternel
Aller à l'essentiel

La ballade a vite tourné court
Une panne sèche
Nous a pris en traître
Un certain mimétisme de geste nous agite
'Elle est encore loin la plaine?'


Court-vêtue

De pair je me dédouble en quatre
Par peur je ne réponds plus
Au bruit des portes
Qui claquent autour de moi
Le silence est pour d’autres
Vexés de ne recevoir
Qu’un faible écho en réponse

  Sonnerais-tu je ne répondrais pas
  Quand bien même je n’attendrais
  Vraiment plus que toi
  Court-vêtue
  De profil, de face
  Sonnerais-tu je ne répondrais pas plus que toi


Tes pleurs n’effraient personne
Dernier rempart pour se voir
Si laid qu’on en rejette
La faute autour de soi
Partir loin des semblants
Etouffé par la faune
L’angoisse jusqu’au bas ventre
Epuisé d’être morne

  Sonnerais-tu je ne répondrais pas
  Quand bien même je n’attendrais
  Vraiment plus que toi
  Court-vêtue
  De profil, de face
  Sonnerais-tu je ne répondrais pas plus que toi



La Dérive Des Saisons

Je sais bien que personne n'est jamais rien
Que le temps nous manque
Pour mieux aplanir nos recoins
Le mauvais sang c'est bien quand le fiel coule autour de nous
Tu sais bien que le miel qui coule de ta bouche
Jamais ne m'atteint
J'aurai beau faire le tour des choses
Me glisser de nuit dans ton ombre
Jamais rien ne pourra apaiser le doux remords
Le beau tourment
   
    J'aurai beau faire le tour du monde
    Me glisser dans la peau d'un autre
    Un printemps pour l'amour
    Un hiver pour se fondre dans le moule
    Qui saura répondre
    De la Dérive des Saisons


Tout se tient désormais
Des visages vides et inquiets à nos écarts
Similaires en sorte
La même course en vain
Les mêmes lieux communs
J'aurai beau faire le tour des choses
Dix fois, cent fois, rien n'en sort                                         
Juste un vertige à me faire oublier l'équilibre
En perdre le Nord

    J'aurai beau faire le tour du monde
    Me glisser dans la peau d'un autre
    Un printemps pour l'amour
    Un hiver pour se fondre dans le moule
    Est-ce bien ma faute ou celle
    De la Dérive des saisons



Sous L’Hacienda

L'attente, la perte de temps
La chaleur aidant
Je précise mes mouvements
Main mise sur ton corsage emprisonné
Je défais les noeuds
Papillons capricieux
En douce sous l'hacienda
Je me démène
Sans oser forcer
Mon front commence à perler de sueur
Je préfère abandonner et sortir prendre l'air
Des ruelles

La féria semble arrangée de telle manière
Qu'en bougeant les lèvres
On pourrait sans mal
Commencer des phrases sans les finir
Qui s'en soucierait
Nul besoin de crier de danser, de s'époumoner
Rester prostré ou s'amuser
Suffit-il de combler ses lacunes en bestialité
Ni vraiment gai ni atterré

Alors au revoir à l'année prochaine
Sauf contre-ordre bien calculé
Tu voudrais savoir le fin mot de l'histoire
La moralité
Ne jamais mélanger rugbymen et femmes tatouées


Ma Seule Amie

Tu veux vivre seule
Détachée de tout amour
Marcher droit vers la quiétude
Tu veux parfaire un rôle
N'est jamais trop sûre
Si tu lâches du leste
Ou fuis l'inconnu
Tes avis se forgent
Seule manque la décision
Tu veux basculer sans vraiment plonger
Tu veux savoir sans pourtant essayer
Serait-ce des paroles en l'air pour s'enivrer

    Je cherche autour de moi
    Me réveille en sursaut dans la nuit
    Caresse le fonds du lit
    Tu n'es pas là
    J'en oublie que tu es
    Ma seule amie


Ta coupe est pleine
La mienne à moitié vide
Je déguste tandis que tu savoures tes supplices
La fine équipe que nous formions tous les deux
Mal entraînée aux coups durs
Chancelle au premier coup bas
Ta dernière trouvaille du mutisme
Toujours en lice
Au titre d'ultime caprice
Me laisse pantois
Alors déteste-moi, aime-moi
Disparais pour toujours
Mais réponds-moi sans détour

    Je cherche autour de moi
    Me réveille en sursaut dans la nuit
    Caresse le fonds du lit
    Tu n'es pas là
    J'en oublie que tu es
    Ma seule amie



Parfaite

J’aurais voulu pouvoir croire
Que les ondées ne séparent que ceux qui les croisent
Aurais-je surpris ton regard
De me voir si désolant
A cent lieux de l’image
De ce singe désopilant

   Pour qui s’égare
   Pour qui se traîne éhontément
   Pour qui s’éloigne
   Aucune excuse n’est recevable


Serait-ce héroïque de garder le silence
L’écarter du bout des doigts
Saurai-je esquiver la lame
Les bruits de la gente qui s’acharne
A ne revoir
Que l’ombre de mon histoire

   Pour qui s’égare
   Pour qui se traîne éhontément
   Pour qui s’éloigne
   Aucune excuse n’est recevable

   Pour qui se perd
   Pour qu’elle le retrouve soudain changé
   Fixer la faille
   L’élargir, isoler l’incohérent
   Si différent
   De tes rêves d’amour violent
   Si différence
   Il y a
   Elle est parfaite
   Parfaite



Sélénites

Attention au décollage
Nous repartons à la maison
Inutile de s'attarder
Le compte à rebours est lancé
Attentif à ne rien laisser derrière
Je jette un regard par le hublot
Le paysage est si beau
Quel dommage que ses autochtones soient si claustros

    Les présents n'y feront rien
    Les bonnes intentions du départ ne sont rien
    Si l'on pense à retenir
    Pris de remords ceux qu'on a faits fuir
    Les larmes, les élans soudains
    De nos couchettes nous réjouissons à l'avance
    De la solitude et du calme qui nous attendent
    Qui nous attendent
    Sélénites à temps complet
    Nous partons nous ressourcer


La face cachée de la lune
Nous attend impatiemment
Nous retournons à la poussière
Aux heures en apesanteur
Enfin seuls

    Les présents n'y feront rien
    Les bonnes intentions du départ ne sont rien
    Si l'on pense à retenir
    Pris de remords ceux qu'on a faits fuir
    Les larmes, les élans soudains
    De nos couchettes nous réjouissons à l'avance
    De la solitude et du calme qui nous attendent
    Qui nous attendent
    Sélénites à temps complet
    Nous partons nous ressourcer


Ton visage semble exprimer des regrets
Ne crains rien
Nous partirons très vite explorer d'autres planètes
Pour trouver celle où nous nous sentirons à l'aise


Boum!

A l’heure de la récréation
Je parlerai de révolution
Je ne laisserai entrevoir aucun espoir
Tous les gamins comprendront
Que les adultes n’ont pas raison
Qu’ils nous induisent en erreur
Bientôt viendra notre heure
Quand la nouvelle génération
Prendra les rennes de la nation
Dirons-nous tous à nos enfants
Tu comprendras en vieillissant

   Voici le règne de l’incompréhension
   Où l’on s’explique à la télévision
   Un mur s’insère obstrue l’horizon
   Une étincelle et soudain l’explosion
   Boum !


A l’heure de la révolution
Je parlerai de récréation
Je ne laisserai entrevoir
Qu’un vague espoir
Tous les adultes comprendront
Que les gamins n’ont pas raison
Qu’ils avaient tort, qu’ils auront tort
Qu’un jour peut-être ils tomberont d’accord

   Voici le règne de l’incompréhension
   Où l’on s’explique à la télévision
   Un mur s’insère obstrue l’horizon
   Une étincelle et soudain l’explosion
   Boum !



Trois Lièvres

A la chasse aux vérités
Je suis le roi
Mon fusil change d'épaule
Je cours trois lièvres à la fois
La vie est ainsi faite qu'il n'y a
Que des réponses à moitié vraies
Qui nous feraient perdre foi

Il semble ainsi difficile de garder son calme
S'enfermer est plus facile
Renoncer, ne plus vraiment croire
Au sortir se sentir vaguement bizarre
Sentir son corps se désunir sans même y prendre garde

    La route est longue encore
    Les dérives renforcent
    La conviction que tout se transforme



A La Recherche Du Temps Perdu

Sourire en coin, détaché
Tour à tort
Je ne suis là pour personne
Lorsqu’une claque magistrale je me donne
A l’alcool frelaté m’adonne
Ce vice efface mes angoisses monotones
Me réduit en cave o ma vigneronne
Mon opinion ne compte pas si elle est bonne
Hors sujet, syntax error

La solitude est rare
Elle me dévore
Je l’adopte, la rejette sans effort
Son triste manteau épais me rétorque
Qu’il ne faut parler à personne
Pourrais-je le noyer, le louer
Son écorce
Se détache lentement de nos corps
Nous effaçons les blessures qui nous donnaient
Un goût trop prononcé pour le passé

 A la recherche du temps perdu
 Nous glissions seul dans les rues
 A la recherche du temps perdu
 Des airs que je n’ai jamais eus

   Sur quoi je me repose
   Sur toi je dépose
   Des gerbes de fleur
   Aux milles odeurs


Grisés d’espace, de grimaces
Face à face
Nos querelles au premier abord
Sont si lisses, minimisées
Monte à bord
De ma machine à tuer les torts
Main dans la main nous marchons à moindre effort
Des vestiges d’antan en contrefort
Nos regards ne se croisent qu’un court instant
Déliquescents chemin faisant

 A la recherche du temps perdu
 Nous glissions seul dans les rues
 A la recherche du temps perdu
 Des airs que je n’ai jamais eus

   Sur quoi je me repose
   Sur toi je dépose
   Des gerbes de fleur
   Aux milles odeurs


Génération Lessivée

Sors de mes rêves
Mon anti-américanisme primaire sert de dégel
A la génération lessivée qui se terre
Puis se tait
Longtemps bâillonnée par un mépris torrentiel
On se jette dans la gueule du fast
Enthousiaste par excès

On nous sert du poison sous vide
Les gens en raffolent
Vous prendrez bien un dessert
La note est légère
Allons laissez-vous donc faire
Mauvaise graine
A quoi bon cracher dans la soupe qui vous a tous faits
Soyez fiers d'être du bon côté
La raison salutaire

    Tous s'apprêtent
    A voir triompher
    Le non-dit et les states
    Tout s'y prête
    Rien ne se fait
    Rien n'est changé


Si par erreur
Les choses se gâtaient
Pourraient-ils encore contrôler les horreurs
Dans la course au chiffre qui s'entête à nous compter
Pour du beurre
Pour du bétail à contenter ou asphyxier
Sur l'honneur
Jurer qu'aucun risque n'est encouru
Sauf erreur

    Tous s'apprêtent
    A voir triompher
    Le non-dit et les states
    Tout s'y prête
    Rien n'est changé
    L'hypocrisie règne



Le Triste Flâneur

La douceur de mes nuits s'anime
D'une lueur tendre ou terne
L'épouvantail s'agite sous mes yeux
Besoin de personne pour envenimer
Un Dimanche sombre ou clair
Que le Triste Flâneur se rassure
J'ai bien l'air de me connaître

On bafouerait ses amis pour en tirer quelques vers
Les conversations tournent encore à l'envers
Facile extase je ne me plie
Qu'à mon bon vouloir
Les bâtons dans les roues je sème sur les trottoirs

    Qui pourrait mieux garder ce silence qui nous pèse
    Qui pourrait inventer les mots pour ce faire
    Qui pourrait faire s'attirer les contraires
    Tout ça ne regarde que moi et moi seul
    Oui moi seul



Sans Territoire

Tard
Je t'écris du fond du soir
A l'heure où je détache enfin
Mon cerveau de son fard
Lâche
Je suis lâche et sans mémoire
Quand je cache
Mon dégoût au fonds d'un tiroir
Pas de regret de grâce

    A part ça rien de bien neuf
    Parachuté sur des terres
    Où les faits brouillent les certitudes
    Tous ces clichés sur cartes
    Loin de la réalité
    Pince-moi et prouve-moi
    Que je ne rêve pas ce flou


Je vote pour
Je vote contre
Je ne vote pas
Je m'accoude et observe sans prendre part
Je ne suis ni personne ni quelqu'un
Juste un homme sans territoire
Dans ma bouche
Des accès d'amertume en vrac
Allons passe-moi un sac

    A part ça rien de bien neuf
    Parachuté sur des terres
    Où les faits brouillent les certitudes
    Tous ces clichés sur cartes
    Loin de la réalité
    Pince-moi et prouve-moi
    Que je ne rêve pas ce flou


      Je pourrais m'éloigner
      Sans crier gare
      Car ce pays est mien par pur hasard
      Le temps est-il plus doux autre part
      La foudre un peu moins ciblée à tout égard


A Demi-Mots

Savourer par instants précis
Se réveiller enfin sourd
Aux complications qui nous entourent
A-t-il dit vrai
A-t-il menti
Personne ne saurait dire

Tomber les masques
Brouiller les pistes
Mentir sans but précis
La spirale du fautif happe à plaisir
Ceux qui s'y jettent à corps perdu
Je n'en suis jamais revenu

    A l'arrivée se dire
    Qu'il n'y a rien de pire
    Que de parler à demi-mots
    Que de peser le pour et le contre



La Peau Dure

J’ai la peau dure
Lorsque les jours s’assombrissent
Je serre les dents
Et m’aventure en douce
Vers des abysses où souffle un vent de folie
Vers un monde imaginaire
Où l’on parle de tout

J’ai la peau dure
Le souffle court affaibli
A toi qui sais si bien perdre
Toutes tes larmes en route
A moi qui me frotte encore
Au goût du vertige
Cette ligne Maginot
Que l’on franchit tôt ou tard
Nos rites s’espacent
Nos passions s’effritent
Aux sons de nos ennemis
Au travers de nos vies
Traversées de rage
Parfois euphoriques
Je marcherai vers la lueur
Pour y voir en tout

Always my beating heart
And your red lips


Architectures

Errant en bordure des océans
Plonger sans coup férir dans le temps
Pour ne plus à nouveau ressentir
Le doux crépis de nos heures incohérentes

La peur soudaine de voir s'éloigner
Nos architectures déstructurées
De fins lambeaux se contenir
Pour tenter d'en extraire le sable à bâtir

Personne ne nous dira quel art seul
Excelle à traduire nos positions
Nos espoirs d'être à toujours enfants
S'éloignent jusqu'à ne plus vivre en déraison
Je pensais naïvement naviguer
En terre aride aux sols érodés
Quelle ne fût pas ma surprise d'apprendre de ta bouche
Que nous marchions sur nos actions

    Réduisant mon effort
    Ma volonté m'accorde
    Plaisir mérité
    Calme luxe et volupté



Toute La Ville

Toute la ville en pince en parle en douce
Et je m’éloigne encore de ton amour
Toute la ville au fond ne saurait trop dire
Si j’ai eu tort ou raison
De te fuir

Tout à dire mais plus rien à répondre
Je me réveille trop tard pour affronter
Toute la ville, fuyons
Monte à l’arrière
De mon train de vie
Allez, je t’emmène

A l’heure du réveil tu me sommes encore
De revenir sur terre, au ras du sol
Je ne sais plus très bien si j’ai eu tort
Ou raison de te prendre à mon bord


Six Jours Sur Sept

Tout commence par un appendix
Une peur panique
Celle de voir s’éloigner la seule sur qui vous pouviez compter
A ce jeu se prendre
Inverser les rôles, s’enfuir
Sans raison ni tort
La tête fourmillante de projets

Enfin seul
On s’épuise à se convaincre que la vie
N’est pas si mal en fait
Indécis six jours sur sept
On s’épuise à vivre au jour le jour
Par hantise d’étaler ses doutes
Rien n’y fait
Le malaise est trop visible

On s’est tu
Tous les quatre
Le jour où nous avons su
Qu’on n’échappe qu’à son bonheur
A quoi bon se voiler la face ?
Juste une autre histoire romantique
Qui se termine bien
Je te passe la main autour du cou

   Laissons les se découvrir
   Il est temps pour nous de fuir
   Sans personne à nos côtés


Le Colis Piégé

Des chrysanthèmes pour celle qui
Me dit je t'aime par ennui
Une orchidée pour toi qui
M'a consolé jour et nuit
Une rose fanée pour séduire
Défraîchie par l'attente devant sa grille

Un clitopilus prunulus
Ou un bouquet de fleurs séchées
Sans vouloir te vexer

Toutes ces plantes au même prix
Une misère pour se racheter
Comparé
Au colis piégé que j'ai reçu
Gueules de loup à rabords
Frelons et orties
Je me demande de qui


Un Temps De Chien

Arrêtons-là le pire combat
Celui des ombres qui se dépassent
Je suis fatigué de ces masques

Un temps de chien sur ton visage
Un tour plutôt sombre à nos amours sages
A la raison qui m'échappe
Je préfère encore ce vide qui me nargue
Enterré vivant sous l'asphalte
J'oublie ces jeux stupides du qui perd gagne
Electrisant
Rendu forfait
Jusqu'à les engloutir d'un trait

    Enflamme
    Pour ne plus voir
    Jusqu'à ne plus croire
    La raison nous est égale


Tantôt la pluie puis le beau temps
Tantôt la lune ses bras me tend
Plus tard consume un feu ardent
En moins de temps pour s'éveiller asphyxié
Quel est ce courage dont tu parles
Cette force qui te pousse à fuir tes désirs
Comment dompter un animal qui
Voudrait contrôler son petit monde autour de lui

    Enflamme
    Pour ne plus voir
    Jusqu'à ne plus croire
    La raison nous est égale



A D’Autres Que Nous

Si par hasard je m’égare, je m’éloigne
Du sentier de nos vœux
Donne moi 3 raisons d’espérer que tu me raisonnes
Me remette au mieux

La passagère de ma voiture aura
Un double pédalier
Pour rectifier ma conduite en dernier recours
Lorsque ma langue fourche

   On nous dit que rien ne dure
   Qu’il ne faut jamais dire jamais
   Que rien n’est pour toujours
   Qu’on ferait bien mieux de regarder
   La vérité en face
   Qu’on se ment
   A d’autres que nous

Après tout l’erreur est humaine
Et je ne suis pas un alien
Un air frais me souffle à l’oreille
Que je suis un hiver
A moi tout seul

Le même me dit souvent
Que je pourrais parler
Quelquefois
Sans risquer d’en perdre la voix

J’ouvre la bouche mais tu poses un doigt
Pour me signifier
Le silence
Alors quoi ? Faudrait voir à se décider

   On nous dit que rien ne dure
   Qu’il ne faut jamais dire jamais
   Que rien n’est pour toujours
   Qu’on ferait bien mieux de regarder
   La vérité en face
   Qu’on se ment
   A d’autres que nous


Je M’Ennuie

Je tourne en rond, je me replie
Je m’ennuie
Je sors voir quelques amis
Surpris, je sourie
Je dors plus qu’il ne faut
Sous les draps je rougis
Je voudrais bien t’héberger une nuit
Mais ça m’ennuie

   Je traîne un peu, beaucoup
   Souvent j’envie
   Ceux qui savent s’émerveiller
   Sans jamais se laisser vivre
   Je trace des contours
   J’attends un train, le déclic
   Le souffle invisible d’une bouche
   Sur ma nuque me ravive


Je vis parmi les blattes, les insectes
J’en frémis
Je cours les filles
Qui s’engouffrent seules dans les taxis
Je vais au club d’aérobic tous les jeudi
Le secret espoir d’être svelte dés le mardi

   Je traîne un peu, beaucoup
   Souvent j’envie
   Ceux qui savent s’émerveiller
   Sans jamais se laisser vivre
   Je trace des contours
   J’attends un train, le déclic
   Le souffle invisible d’une bouche
   Sur ma nuque me ravive


Soudain le soleil
Aussi las qu’un ours me ravit
Les quelques théories fumeuses
Qui me minent


Dos Au Mur

Juste un soupir
Au milieu du statique où les jours
S'écoulent paisiblement
Sans surprise
Un art de conduire prudemment
Désarmé jusqu'aux dents
Juste une esquisse
Un croquis prévisible qui m'attend
Me guette au tournant
La fin d'une époque
D'un certain chaos adolescent
Un terme à l'insouciance

 Si vainement s'y retrancher
 Dans ses derniers quartiers, la corde usée
 Obstinément s'en cacher
 Mais à ses derniers soubresauts s'agripper

   Le ridicule ne tue pas me dit-on
   L'indifférence non plus au fond seuls comptent
   Les qu'en-dira-t-on


Juste un soupir
Au milieu du néant où les jours
S'étirent terriblement
Sans surprise
Un art de conduire aveuglément
Un oeil sur l'échéance
A peine un murmure
Un silence hostile qui se répand
Me dévisage en passant
Je pourrais mentir
Dire que tout est bien comme avant
Continuer à prétendre

 Elégamment me faire comprendre
 Que je dérange
 Que ma vie est étrange
 Elégamment s'en défendre
 A la longue
 Cultiver sa méfiance

   Le ridicule ne tue pas me dit-on
   L'indifférence non plus au fond
   Seuls comptent
   Les qu'en dira-t-on
   Je recule
   Regarde autour de moi
   Jugé sans raison
   Sur ma situation mes possessions
   On se dérobe
   Je ne sais quoi répondre
   Les portes se ferment les unes après les autres
   Me voilà acculé
   DOS AU MUR



Une Entreprise De Séduction

Je fais seulement partie de la race qui se sent mal
Celle qui détale à la vue de tout ce qui entache
La parfaite imbrication de la logique au carré
Mais mon monde est rond et sans limite à explorer
Mon inclinaison pour la symétrie
Héritée de basses audaces, de leçons de morale
D’un instinct de prudence
Qui me laisse de marbre
Me gêne jusqu’aux entournures
Me nargue sans y croire
Je fais seulement partie de la race qui se sent mal
Qui traque la moindre anomalie à son égard
Se revêt de costards, jalouse ses amis
Qui parle tout haut de choses qu’on leur interdit
Celle qui pousse plus loin ses théories
Sans comprendre que chaque étape dénigre
Tous ses principes de base
Tous ses idéaux enfouis jusqu’à vomir
Je casse mes chaînes et me délivre
Je fais seulement partie de la race qui se sent mal
Ou bien fautive, trop occupée à s’admirer le nombril
A se voiler la face
Par souci de n’effrayer aucun rouage de la machine enrouée
Est-ce ma faute si tous se traînent dans l’apathie
Se congratulent le front bas, n’osent élever leur voix
La politique de l’autruche à son paroxysme
Jusque dans les cuisines, dans les salons de France
Je fais partie de la race qui se sent mal
Qu’on a trahie à coups de mensonges, d’un piètre idéal
Qu’on câline, qui veut qu’aucun chemin n’est pris
Qui coupera court à l’évolution de la folie
Reste l’amour qu’on nous dit plus fort que tout
Qui s’enlise par consommation
Par peur de changement
D’un nouvel élément
Tu sauras le mieux vivre en accord avec ton entreprise